Découvrez notre Livre Blanc

Découvrez notre Rapport d'Activité

 

 

 

 

 

Newsletter salariés
Newsletter entreprises
Recevoir
Pour tout savoir de l'actualité d'Alliance Emploi.


Actualités

Evénement

 Retrouvez le reportage diffusé dans "On n'arrête pas l'éco" du 14 mars 2015

cliquez ici

 

 

Offres d'emploi

83 offres
Témoignage d'Adhérent

Rencontre avec Mme  Christelle WATTEZ

RRH de Mecaplast Libercourt

 

Pouvez-vous nous présenter MECAPLAST en quelques mots ?

MECAPLAST Group est un des leaders européens de l’équipement automobile, spécialisé dans l’injection plastique. Nous concevons, développons et fabriquons des pièces et systèmes complets pour la Carrosserie et le Moteur des véhicules, afin de servir les marchés automobiles à travers le monde. Le site de production de Libercourt emploie 174 personnes, et produit des éléments plastiques pour les clients suivants : Toyota, Renault, Volvo, Volkswagen, PSA et Daimler.

Vous êtes adhérent à Alliance Emploi depuis de nombreuses années. Pourquoi avoir fait appel au groupement d’employeurs dans le cadre d’un projet de formation mutualisé ?

Dans notre secteur d’activité, l’injection plastique, nous travaillons sur presse. En tant que Responsable des Ressources Humaines de mon site, je dois répondre aux besoins de la production, c'est-à-dire absorber les variabilités tout en fournissant une main d’œuvre qualifiée. Avec Thibaut Vanhersecke, responsable d’UAP, nous avons réfléchis ensemble sur la population des monteurs régleurs. En effet, cette qualification est au cœur de notre métier, nous avons besoin d’une main d’œuvre qualifiée pour monter les outillages dans les presses à injecter, régler les paramètres process. Or, à l’heure actuelle, les formations initiales pour ce métier n’existent pas. Face à ce déficit, nous n’avons d’autre choix que de former en interne et de monter en compétence nos opérateurs, ou de concevoir nous-même des plans de formation sur mesure… Dans les deux cas, cela implique un fort investissement de l’entreprise… Mutualiser ce besoin avec d’autres entreprises adhérentes, via le groupement d’employeurs, comportait de nombreux avantages…

Lesquels ?

Nous avons actuellement en poste des monteurs régleurs. Nous fonctionnons en 3/8, plus une équipe le Week End. Il nous faut donc nous répartir ces  monteurs par équipe et par secteur de production, sachant qu’une partie de leur tâche peuvent s’effectuer en binôme. Cela répond à nos besoins actuels. Mais dans notre secteur d’activité, nous sommes très dépendants des commandes de nos clients et nous suivons leurs besoins. L’intérêt de l’ingénierie proposée par Alliance Emploi est que les salariés du groupement d’employeurs vont être formés, qu’ils repartiront avec une certification, et qu’ils pourront par la suite, suivant les hausses ou baisses d’activité, être mis à disposition de plusieurs autres adhérents.

Un moyen souple de répondre à la variation d’activité…

Effectivement. Mais c’est également une manière, pour nous, de former des personnes et de contribuer par-là à une certaine sécurisation de leurs parcours… Parmi les « apprenants », nous avons proposés le profil de salariés intérimaires que nous aurions voulu fidéliser. Alliance Emploi a également proposé le profil de personnes, déjà embauchées chez eux, et dont ils ont décelé une véritable motivation. Il faut savoir que le métier de monteur régleur n’est pas un métier facile, qu’il s’agit d’un travail physique et pénible par certains aspects… C’est néanmoins une opportunité professionnelle, car les monteurs régleurs bien formés et expérimentés sont une denrée rare sur le marché du travail.

Comment s’est passé le montage du projet de formation ?

Nous étions plusieurs entreprises du territoire à avoir le même besoin. Une réunion a été organisée à l’initiative d’Alliance Emploi au sein de l’AFPI, où étaient présents les entreprises adhérentes, les représentants d’Alliance Emploi de de l’organisme de formation. Nous avons pu définir ensemble notre besoin et le programme pédagogique le plus adapté. Le montage du projet s’est véritablement effectué en étroite collaboration : nous avons souhaité que nos superviseurs (chargés de tutorer les apprenants) participent à l’élaboration du programme. Nous avons souhaité également que les formateurs se rendent dans notre entreprise pour voir la manière dont nous travaillons… A la suite de tout cela, nous sommes parvenus, tous ensemble, à définir un cahier des charges. Les apprenants disposent donc d’une semaine par mois de formation théorique, concernant notamment tout l’aspect réglementaire. Le reste de la formation s’effectue en entreprise, y compris pour la partie pratique délivrée par l’AFPI. Nous avons ouvert la porte de notre entreprise à l’ensemble des apprenants (y compris ceux qui effectuent leur stage chez les autres adhérents) afin de leur permettre de s’exercer in situ sur nos presses.

Comment s’effectue le tutorat ?

Les superviseurs, par leur fonction, ont déjà pour mission d’accompagner les monteurs régleurs. Ils ont donc tout naturellement pris en charge le rôle de tuteur en entreprise. Les premiers jours, les apprenants étaient impatients de s’exercer à la pratique du métier. Nous avons d’abord passé un certain temps à les former, sans précipitation, afin qu’ils se familiarisent à l’environnement, au métier, aux contraintes… La relation de travail est très bonne : les apprenants font preuve d’un réel investissement, et c’est ce que nous recherchions ! Les personnes savent qu’au bout il y  a une certification ! Le suivi d’Alliance Emploi est également un facteur clef de réussite : nous savons qu’au moindre problème, les équipes permanentes réagiront avec célérité !

Un bilan positif, donc. Pensez-vous que ce principe puisse être dupliqué ?

Nous ne sommes qu’au début de la formation, mais le travail d’organisation en amont a été très appréciable. Nous avons des personnes qui monteront progressivement en compétences, et cela va pouvoir nous permettre de renforcer nos équipes sur un poste pénurique… 

Nous savons que d’autres postes tels que des techniciens outilleurs ou de postes dans la maintenance sont également difficiles à recruter sur le marché du travail et qu’une filière qualifiante du même type pour être proposée aux adhérents d’Alliance Emploi. Comme beaucoup, nous cherchons ces profils très demandés par les entreprises… Afin de pallier soit au manque de formation initiale, soit à la difficulté de recruter ce type de profils, le partenariat avec Alliance Emploi, dans le cadre de formations mutualisées, peut être également une solution intéressante.

Alliance emploi, où nous trouver ?


6 établissements en Nord Pas de Calais - Picardie
Siège à Marcq-en-Barœul
Six établissements secondaires

Lire la suite

Revue de presse


face à la crise, les entreprises optent pour le partage de salariés!
Les Echos : 23 octobre 2014

Lire la suite

Témoignages de salariés

 

témoignage de salariés Alliance Emploi
Evelyne Tournet, salariée
"Le temps partagé : une réelle opportunité professionnelle"

Lire la suite...